[Faire rêver la jeunesse africaine] – Jeunesse africaine – intégration africaine

[Faire rêver la jeunesse africaine] – Jeunesse africaine – intégration africaine

Natacha.jpg

[Faire rêver la jeunesse africaine] – Jeunesse africaine – intégration africaine.

#Août 2009-Août 2020 : 11ème anniversaire des Voyages d’intégration africaine (V.I.A)
#Le rêve panafricain de Anne Natacha BAMOGO !

Longue est la liste de tous ceux et de toutes celles qui, hier encore, parvenaient, à faire rêver les hommes, à élever leur esprit, à mobiliser leur énergie.  Quand Nkrumah a émis la lumineuse idée du « Africa must unite », il y avait chez lui une inspiration, une vision et une volonté politique qui ont fait marcher la jeunesse africaine de son temps. Aujourd’hui encore de nombreux jeunes rêves d’une autre Afrique. Dans le cadre de la célébration du 11ème anniversaire des Voyages d’Intégration Africaine (V.I.A), laissons-nous entrainer par le rêve Anne Natacha BAMOGO. Elle répond aux questions du P. Jean-Paul Sagadou.

 

J-Paul Sagadou : Peux-tu te présenter aux lecteurs de notre site ?

Anne Natacha Bamogo : Je suis Anne Natacha BAMOGO. Je travaille dans une agence de communication actuellement et je suis membre de deux associations qui militent pour la valorisation de l’Afrique.

J-P. S. : Quels sont tes liens avec le R.J.I.A ?

A.N. B : Dans mon pays, le Burkina Faso, je suis membre du Réseau de Jeunes pour l’Intégration Africaine (R.J.I.A) et je suis chargée de communication dans le bureau régional.  J’ai participé à 6 éditions des voyages d’intégration africaine (VIA) sur 7 éditions organisés depuis 2009. Autant dire que je suis une habituée de cette belle activité.

J-P. S. : C’est quoi qui t’attire dans ces V.I.A pour que tu participes presque à toutes les éditions depuis le début ?

A.N. B : Si j’ai continué à participer à ces voyages, c’est parce que j’ai vu cette activité comme un tremplin pour moi, et pour la jeunesse africaine en général, vers une ouverture au monde, une découverte de nos cultures en Afrique, une découverte de la sous-région ouest africaine et enfin un moyen de penser ensemble, et autrement, la construction d’une Afrique unie où il fait bon vivre.

J-P. S. : Au-delà de ce que tu viens de partager, voudrais-tu mettre l’accent en particulier sur ce que ces V.I.A t’ont apporté ? 

A.N. B : Les V.I.A m’ont permis de découvrir une partie de l’Afrique de l’Ouest. Grâce à ces voyages, je suis allé au Togo, au Bénin, au Mali, en Côte-d’Ivoire, au Sénégal et au Ghana. Ce n’est pas rien. Et ce n’était pas que du tourisme. En effet, avec les V.I.A, j’ai pu me former à diverses thématiques en lien avec les questions essentielles pour notre continent : la démocratie, la citoyenneté, la réconciliation, le panafricanisme, etc…Bien plus, l’occasion m’a été offerte de partager ma culture aux autres et de connaître la leur. Vraiment, du point de vu intellectuel, j’ai beaucoup appris sur l’Afrique grâce aux ateliers et conférences qui ont lieu pendant ces V.I.A et cela est venu compléter ma formation scolaire et universitaire. J’ai aussi fait des rencontres de personnalités que je n’aurai jamais sans doute pas rencontrées si j’étais restée chez moi. Je pense à l’intellectuel béninois décédé récemment, Albert Tevoedjire, à l’écrivain Cheikh Hamidou Kane du Sénégal, etc. Bref, grâce aux V.I.A j’ai, aujourd’hui, une plus grande connaissance de l’Afrique, une ouverture d’esprit encore plus grande et je me suis fait de nombreux amis.

J-P. S. : Comment vois-tu l’avenir pour les V.I.A ?

A.N. B : Je souhaite que ces voyages continuent et qu’ils puissent constituer un canal plus formel pour les jeunes désirants étudier dans un pays de la sous-région autre que le leur.

J-P. S. : Un rêve pour l’Afrique ?

A.N. B :  Je rêve d’une Afrique qui se replonge dans ses imaginaires et ses symboles pour apporter sa part au devenir de notre monde. Je rêve que les africains accordent une place importante à leurs richesses culturelles, intellectuelles et naturelles. Je pense que c’est en partant de là que les africains pourront changer l’image de l’Afrique et continuer à travailler à son développement.

J-P. S. : Merci Anne Natacha Bamogo !

A.N. B : C’est moi qui vous remercie de l’opportunité que vous me donnez de témoigner des V.I.A qui durent déjà depuis 11 ans !

 

 

 

communication service


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Conditions de participation

– Etre âgé (e) de 17 à 35 ans.
– Vouloir vivre une expérience humaine, interculturelle, inter-religieuse et panafricaine.


Modalités d’inscription

– Curriculum vitae
– Lettre de motivation à envoyer via notre adresse mail



Inscription à l’infolettre

Saisir votre adresse mail

—–


Suivre RJIA sur les réseaux sociaux



YULCOM Technologies © 2019