[Faire rêver la jeunesse africaine] – Jeunesse africaine – intégration africaine

[Faire rêver la jeunesse africaine] – Jeunesse africaine – intégration africaine

20200730_160121_0000-1280x1280.png

[Faire rêver la jeunesse africaine] – Jeunesse africaine – intégration africaine

#Août 2009-Août 2020 : 11ème anniversaire des Voyages d’intégration africaine (V.I.A)
#Le rêve panafricain de Bintou Hafsatou OUEDRAOGO !

Longue est la liste de tous ceux et de toutes celles qui, hier encore, parvenaient, à faire rêver les hommes, à élever leur esprit, à mobiliser leur énergie.  Quand Nkrumah a émis la lumineuse idée du « Africa must unite », il y avait chez lui une inspiration, une vision et une volonté politique qui ont fait marcher la jeunesse africaine de son temps. Aujourd’hui encore de nombreux jeunes rêves d’une autre Afrique. Dans le cadre de la célébration du 11ème anniversaire des Voyages d’Intégration Africaine (V.I.A), laissons-nous entrainer par le rêve Bintou Hafsatou OUEDRAOGO. Elle répond aux questions du P. Jean-Paul Sagadou.

 

Jean-Paul Sagadou : Peux-tu te présenter aux lecteurs de notre site ?

 Bintou Hafsatou Ouédraogo :  Je me nomme Bintou Hafsatou OUEDRAOGO ; Je suis enseignante, de nationalité burkinabè et je réside à Ouagadougou au Burkina Faso.

J-P. S : Quelles sont les activités que tu mènes actuellement dans la vie ?

B.H. O. : Actuellement, je poursuis des études de Master en Diplomatie et Relations Internationales, en même temps que j’enseigne l’anglais. Ces études ont pour but de m’aider à appréhender les relations internationales et d’avoir une compréhension et une réelle connaissance des enjeux géopolitiques et géostratégiques qui animent nos sociétés. La notion de relations internationales est très bénéfique et importante pour quelqu’un qui tend à embrasser une carrière internationale. Cependant, sur le plan associatif, au sein du R.J.I.A, je suis en train d’expérimenter mes compétences en occupant le poste de chargé de relations extérieures.

J-P. S : Quels sont tes liens avec le Réseau de jeunes pour l’intégration africaine (RJIA)/ et que représentent les V.I.A pour toi ?

B.H. O. : Au Burkina Faso, je suis la chargée de relations extérieures du RJIA. J’ai participé à la 7ème édition des V.I.A à Accra (Ghana) en 2017. Si cette activité n’existait pas, il fallait la créer car elle donne tout un sens à la notion d’intégration et d’union que nous prônons au sein du réseau. Ce voyage d’intégration m’a apporté beaucoup. Ce fut des instants de découverte, de rencontre, de partage et surtout d’éveil de conscience par rapport à la situation de l’Afrique. Ce V.I.A au Ghana a suscité en moi une grande soif de découverte de l’Afrique et a ouvert mon esprit aux valeurs et aux identités culturelles en Afrique. A cette 7ème édition, nous sommes allés à la découverte du Ghana, de l’histoire de Kwamé NKrumah, figure historique, très emblématique du panafricanisme qui a su captiver et forger notre attention quant à la nécessité et à la responsabilité de chaque Africain à bâtir le continent. Je ne cesse de me nourrir de ce que j’ai appris au V.I.A du Ghana.

J-P. S : Comment vois-tu l’évolution des V.I.A ?

B. H. O. : J’aimerais voir les V.I.A demeurer une activité principale du R.J.I.A. Je souhaite que de nombreux jeunes puissent participer à ce type de rencontre, ce qui leur permettra de briser les frontières tant territoriales, linguistiques, ethniques que culturelles. Je souhaite que les V.I.A puissent continuer leur aventure, car ils permettent la rencontre, la découverte, l’ouverture d’esprit, l’éveil de conscience de la jeunesse Africaine et surtout parce qu’ils sont une voie sûre vers notre rêve d’unir l’Afrique. Entre autre, pour qu’elle demeure et perdure, il faudra bien qu’elle puisse respecter ses engagements quant à son déroulement tous les 2 ans. Mon plus grand souhait est les V.I.A puissent s’autofinancer, afin que nous puissions visiter tous les pays d’Afrique dans les 20 années à venir et mobiliser le maximum de jeunes pour une réelle acceptation et prise de conscience de nos valeurs, de nos réalités, de nos potentialités africaines et partant, de faire l’unité du continent.

J-P. S :  Quels sont tes rêves pour l’Afrique ?

B. H. O. : Mon panafrican dream est de voir une Afrique unie qui s’auto-suffit, principalement sur le plan alimentaire. Je rêve d’une Afrique où on produit et consomme « africain », sans faire usage de produits chimiques qui polluent notre environnement. Nous avons le devoir d léguer aux futures générations un écosystème sain.

 

communication service


Conditions de participation

– Etre âgé (e) de 17 à 35 ans.
– Vouloir vivre une expérience humaine, interculturelle, inter-religieuse et panafricaine.


Modalités d’inscription

– Curriculum vitae
– Lettre de motivation à envoyer via notre adresse mail



Inscription à l’infolettre

Saisir votre adresse mail

—–


Suivre RJIA sur les réseaux sociaux



YULCOM Technologies © 2019