2020 octobre

IMG_9120-1280x853.jpg

Emmanuel Mounier face à la colonisation

C’est dans le « Manifeste au service du personnalisme » de 1936, au chapitre des « Structures d’un régime personnaliste », qu’il faut chercher la pensée d’Emmanuel Mounier sur la colonisation, notamment au sous-titre « La communauté interraciale ». Au nom de « l’égalité spirituelle des personnes » et de leur droit de se donner des communautés valorisantes, « le personnalisme attaque l’impérialisme de l’État-nation sur son dernier front : l’impérialisme colonial » (T. 1, 632). La critique de Mounier va porter sur deux points : la contestation du droit colonial et l’annonce la fin de la colonisation.

 

 

Pour Mounier, les philosophies et les théologies sur lesquelles les Européens se sont appuyés pour justifier la colonisation n’étaient que des prétextes au service de l’impérialisme capitaliste. Dans les faits, l’exploitation rationnelle des richesses mondiales s’est traduite par le travail forcé, mal rémunéré, le pillage des produits forestiers et agricole ainsi que des matières premières, la conquête des marchés nouveaux au profit des colonisateurs et sans souci des droits des premiers propriétaires. Si le colonisateur a cru venir en « humanitaire » avec la prétention de supprimer les fléaux comme les grandes maladies, il n’a, en fait, fait qu’importer d’autres problèmes : les stupéfiants, la syphilis, la dépopulation… Le prétexte de la « civilisation supérieure » est lui aussi discutable, bien évidemment, car il arrive que la civilisation du peuple colonisé soit plus ancienne et parfois plus raffinée que celle qui leur est imposée. On touche là à la contradiction radicale de la colonisation : elle propose une économie meilleure, mais elle crée de nouveaux besoins et provoque l’appauvrissement ; elle enseigne la liberté et la dignité, mais elle maintient la répression policière et le mépris de l’autre ; elle est issue du rationalisme, mais elle s’oppose à la naissance de nouvelles consciences nationales. Du coup, pour Mounier, la condamnation est sans appel : « Quand les divers prétextes exposés auraient légitimé certaines interventions, ils ne justifient à aucun titre la dépossession de souveraineté, ni la longue histoire de cupidité, de sang et d’oppression » (T. I, p. 633). Une fois cela posé, il ne reste qu’une chose à faire : décoloniser.

La décolonisation reste le seul devoir du colonisateur « comme service fraternel de l’homme par l’homme » au nom même des idéaux personnels et communautaires qu’il a enseignés et pour réparer les crimes qu’il a commis. Ce que recherche Mounier, c’est une solution communautaire à l’échelon mondiale, ce qui suppose de lutter contre ce qu’il appelle « l’individualisme colonial », « le nationalisme économique », et le « capitalisme métropolitain ».

La décolonisation doit s’envisager comme une « révolution », c’est-à-dire une transformation des structures d’oppression en instruments de libération. Au plan politique, Mounier dénonce même l’exportation des idéologies européennes dans d’autres contrées. On ne peut appliquer des idéologies conçues dans des situations européennes en termes européens dans d’autres endroits. Le socialiste ne peut pas utiliser ses schémas marxistes dans un pays où la condition du petit propriétaire est plus misérable que celle du salarié. Le patriote français doit arrêter de continuer à glorifier la colonisation. En tout, avec l’Afrique, il faut « aller sur place » et travailler à adopter le point de vue des Africains. C’est ce que Mounier fait, en allant en Tunisie en 1937 et en Afrique noire en 1947.

Jean-Paul Sagadou

 

 


IMG-20200510-WA0073.jpg

Si tu crois en l’Afrique.

Si tu crois en l’Afrique,

Si tu adhères à l’idée selon laquelle, « je suis parce que nous sommes »,

Si tu veux « faire humanité ensemble », avec d’autres humains,

Si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui les divise,

Si tu crois qu’être différent est une richesse et non un danger,

 

Si tu crois au présent de l’Afrique,

Si tu es prêt à travailler pour son devenir,

Si tu crois que l’histoire n’est pas finie et qu’elle contient des parts inaperçues,

 

Si tu as soif d’imaginaires neufs et régénérés,

Si tu crois en la nécessité pour l’Afrique de compter sur ses propres forces,

 

Si tu sais préférer l’utopie et l’espérance au désespoir,

Si tu veux te libérer des idées paralysantes, handicapantes,

Si tu veux voir plus loin que l’horizon ethnique, clanique, tribal, national, culturel ou religieux,

Si tu veux trouver des points d’ancrage, des points d’appui, des points de repère

 

Si tu crois à la puissance de la jeunesse africaine,

Si tu veux que hommes et femmes s’unissent pour bâtir l’Afrique qui vient,

 

Si tu crois que l’« Afrique doit s’unir », urgemment !

Si tu veux développer, avec d’autres, une vision qui jette les bases de l’unité africaine,

Si tu rêves d’un leadership africain unifié, visionnaire,

 

Si tu aimes travailler en équipe,

Si tu crois à la force des réseaux sur les réseaux sociaux,

 

Alors les ateliers ubuntu sont pour toi,

Rejoins-nous  (Instagram : Les.ateliers.ubuntu) !

 

Jean-Paul Sagadou

Ouagadougou, 12/05/2020

 

 



Conditions de participation

– Etre âgé (e) de 17 à 35 ans.
– Vouloir vivre une expérience humaine, interculturelle, inter-religieuse et panafricaine.


Modalités d’inscription

– Curriculum vitae
– Lettre de motivation à envoyer via notre adresse mail



Inscription à l’infolettre

Saisir votre adresse mail

—–


Suivre RJIA sur les réseaux sociaux



YULCOM Technologies © 2019